info@rqoh.com   514 846-0163 | sans frais 1 866 846-0163
Hochelaga : Quand la lenteur du programme AccèsLogis génère de l’art
11 novembre 2016

Hochelaga : Quand la lenteur du programme AccèsLogis génère de l’art

Transformer une ancienne piquerie en galerie d’art le temps de surmonter le dédale bureaucratico-administratif typique d’AccèsLogis, c’est le tour de force que l’OSBL-H pour jeunes L’Avenue a réalisé en collaborant avec des artistes préoccupés par les enjeux sociaux. L’exposition L’Affaire du 3915 Sainte-Catherine Est est ouverte au public pour quelques jours encore.

Le projet a pris racine dans un immeuble d’une des zones les plus pauvres du quartier Hochelaga-Maisonneuve à Montréal, situé sur une intersection fréquentée par des travailleuses du sexe, des toxicomanes et des vendeurs de drogue. L’Avenue, l’organisme désormais propriétaire des lieux, et son directeur, François Villemure, pilotent avec les artistes Claude Majeau et Christine Major ce partenariat original.

L’exposition multidisciplinaire (peinture, installation, vidéo et performance) est présentée par six artistes femmes et est distribuée sur les trois étages de l’immeuble en attente de rénovation qui sera reconverti « sous peu » en logements sociaux et communautaires.

Pour les artistes au centre du projet, c’est une occasion exceptionnelle de rencontrer les jeunes en difficultés soutenus par l’Avenue et de mener une recherche-création dans un vaste espace ou l’offre culturelle est déficiente. Claude Majeau explique que « les jeunes de L’Avenue étaient invités à suivre notre travail de création et à contribuer selon les besoins à la réalisation des projets ». « Les discussions avec les jeunes et l’immersion dans les lieux durant trois mois, ajoute Christine Major, nous ont permis d’explorer la puissance d’une société d’outsiders, composée d’individus dont l’histoire s’est construite en marge, dans l’ombre de valeurs dominantes comme la concurrence, l’appropriation et l’exclusion. »

« En agissant ainsi, L’Avenue démontre de manière spectaculaire que le logement communautaire ne permet pas seulement d’offrir un toit à des gens dans le besoin, mais réussit aussi à transformer les communautés qui accueillent ces projets », commente Stéphan Corriveau. Le directeur général du RQOH a assisté au vernissage de l’exposition en compagnie de bon nombre d’alliés et amis du logement communautaire du quartier, dont Mme Majorlaine Boutin-Sweet, députée d’Hochelaga et critique du NDP en matière de logement.

Imprimez cet article Imprimez cet article

Les commentaires sont fermés.