info@rqoh.com   514 846-0163 | sans frais 1 866 846-0163
La parole aux locataires
1 février 2015

La parole aux locataires

Vivre en OSBL d’habitation comporte plusieurs avantages, mais aussi des inconvénients. Il suffit de laisser la parole aux locataires pour réaliser que les solutions sont à portée de mains.

Malgré les avancés tant sociales qu’individuelles engendrées par l’habitation communautaire, vivre en OSBL n’est pas toujours facile. Le colloque du RQOH nous aura par contre permis de constater une fois de plus que les solutions ne sont jamais bien loin et que les locataires sont souvent les plus à même de participer aux solutions.

Après avoir soutenu que la justice sociale et le respect des droits humains devraient guider les actions et décisions politiques d’une société démocratique comme le Québec et que les OSBL en constituent d’importants fers de lance, l’animatrice Carole Boucher, coordonnatrice du Comité Logement du Plateau Mont-Royal, a ensuite honoré le titre de son atelier : « La parole aux locataires ». La trentaine de participantes et participants, tant locataires qu’administrateurs et administratrices d’OSBL d’habitation de partout au Québec, ont alors été invités à discuter de trois thèmes bien précis : 1) les aspects positifs de vivre dans un logement social; 2) les aspects négatifs de vivre dans un logement social; et 3) les solutions pour améliorer la situation.

Quatre grandes conclusions

  1. Les aspects pratiques

Outre le coût du logement, qui reste un des éléments les plus aimés des locataires d’OSBL, certaines personnes ont mentionné apprécier les services et l’animation offerts. Il est intéressant de constater que d’autres ont par ailleurs fait valoir qu’il manquait, justement, d’animation et de bénévoles, et ont dit qu’il serait astucieux de développer plus de ressources.

  1. Le plan affectif

L’autonomie vient à l’avant-plan lorsqu’il est question des bénéfices d’un logement communautaire, ainsi que le sentiment d’appartenance à un milieu. On peut présumer que cela est aidé entre autres par ce que certains ont nommé « avoir un logement personnalisé », mais aussi par le sentiment de sécurité « qui permet d’éviter le repli sur soi ». Par contre, on dénonce l’infantilisation dont font preuve certains gestionnaires à l’égard des locataires. On rappelle aussi l’importance de bâtir un climat de confiance et de transparence entre locataires, mais aussi entre locataires et administrateurs. Cela permet de « développer le respect mutuel ».

  1. Les aspects sociaux

Les locataires apprécient grandement le milieu de vie et la socialisation qu’il permet. La vie et le soutien communautaires sont aussi chéris par les gens qui prennent la parole, ce qui inclut l’entraide et la solidarité. Un aspect plus mitigé est le voisinage. Si certains vantent le fait que les immeubles ne soient pas trop gros, ce qui favorise l’inclusion, d’autres trouvent que la proximité est trop grande et souhaiteraient que la conception des logements soit adaptée selon les styles de vie variés des locataires qu’on compte accueillir. Certains relèvent aussi de l’intimidation entre locataires, de la jalousie et des cliques internes. On parle aussi ouvertement des difficultés de la mixité, telle la cohabitation entre personnes âgées et familles avec enfants, par exemple. Finalement, il est question de certains règlements d’immeubles discutables. Les solutions sont variées et inventives et visent à peu près toutes une participation accrue des locataires, que ce soit de les inclure plus étroitement dans l’élaboration des règlements, de valoriser davantage leur participation et de former des comités. D’autres cherchent à voir comment il serait possible d’améliorer la transmission de l’information de la part des administrateurs et d’établir un meilleur dialogue.

  1. Les éléments « politiques »

Cette implication, tout comme la vie démocratique des OSBL, elle aussi nommée comme un élément positif de la vie en OSBL d’habitation, permettent aussi d’aborder une quatrième catégorie de commentaires, c’est-à-dire ceux se rapportant aux enjeux plus « politiques ». Certains relèvent une certaine intolérance et des préjugés venant de l’extérieur de l’OSBL, mais aussi de l’intérieur. En ce qui concerne les solutions, on rapporte qu’au-delà d’inciter les locataires à la prise de responsabilités, il faudrait favoriser l’implication des locataires dans la recherche de solutions aux problèmes.

Dans le cadre du colloque, c’est ce qui a été fait : asseoir ensemble locataires et administrateurs pour un dialogue et dégager certaines pistes de solutions. Un exercice, si l’on peut dire, de démocratie directe qui incite à l’action concertée. À en juger par la participation lors de l’atelier, on peut conclure que la motivation est bien présente.

Article paru dans le bulletin Le Réseau no 46

Imprimez cet article Imprimez cet article

Les commentaires sont fermés.