- Réseau québécois des OSBL d'habitation - https://rqoh.com -

Le logement communautaire en OSBL, une masse salariale de 175 millions

 

Le logement communautaire en OSBL, c’est plus de 6 500 employés…

 

L’emploi au sein des OSBL d’habitation

Les organismes sans but lucratif (OSBL) d’habitation font plus que de fournir un toit ; ce sont aussi des agents de développement régional et local. L’activité économique de ces entreprises sociales a un impact direct dans les collectivités où elles sont implantées. L’enquête réalisée par le Réseau québécois des OSBL d’habitation (RQOH) montre que comme employeurs, les OSBL d’habitation embauchent directement plus de 6 500 personnes, pour une masse salariale annuelle globale (la somme des salaires que versent les OSBL d’habitation) de l’ordre de 175 millions de dollars.

Avec une moyenne de 9 employés et employées chacun, 70 % des orga­nismes ont leur propre personnel. Ces salariés rem­plissent souvent des fonctions visant les services aux personnes. On recense aussi du personnel contractuel, en plus des bénévoles. Les contractuels peuvent être soit des organismes, soit des travailleurs et travailleuses autonomes.

Les caractéristiques de l’emploi

 Une enquête précédente réalisée en 20101 avait déjà fait ressortir plusieurs constats. Tout d’abord, les salaires versés aux employées et employés des OSBL d’habitation apparaissaient sensiblement inférieurs à d’autres secteurs, dont par exemple celui des offices d’habitation. Un premier enjeu identifié était donc d’assurer progressivement une équité par rapport au secteur privé et institutionnel. Sur ce plan, les données recueillies quatre ans plus tard (voir tableau à la page 4) semblent indiquer que peu de progrès a été réalisé. On constatait aussi un taux de roulement élevé, que l’on expliquait par l’absence de possibilités d’avancement au sein des organismes de petite taille et les conditions de travail difficiles. Les employés avaient en moyenne de cinq à six ans d’ancienneté, ce qui semblait néanmoins correspondre aux tendances plus générales sur le marché du travail québécois.

En outre, on notait que les employés étaient souvent polyvalents et combinaient diverses fonctions, en particulier dans les organi­sations plus petites. L’étude rapportait ainsi l’exemple de cuisiniers s’occupant aussi de l’entretien et de la surveil­lance. Il en allait de même pour d’autres fonctions.

Les données recueillies en 2014 indiquent que la fonc­tion que l’on retrouve le plus est celle de concierge, avec 48 % des OSBL d’habitation qui y recourent. Viennent ensuite celles de directeur et directrice générale et les postes de coordination, avec 30 % d’organismes qui y font appel, respectivement. Le poste d’adjoint ou adjointe à la direction est présent chez 20 % des organismes répon­dants et celui d’aide au repas chez 12 % des organismes. Les professionnelles et pro­fessionnels de la santé sont assez peu présents, dans seulement 3 % des orga­nismes. Enfin, on retrouve également les fonctions de commis, de surveillante, des étudiantes et des aides à la tenue de livres ainsi que des postes plus rares ou plus spécifiques (préposé au financement, éducateur et éducatrice, récréologue, formateur et formatrice, etc.).

Les taux horaires demeurent bas et avoisinent souvent le salaire minimum. De plus, l’enquête de 2010 montrait des écarts de salaires importants entre les femmes et les hommes (de 2 à 5 $ de différence sur le salaire horaire), bien qu’au­cune donnée ne soit dispo­nible pour 2014. Cela reflète une tendance plus générale observée à tous les niveaux de la société et dans tous les secteurs. Les hommes sont moins nombreux que les femmes, hormis pour le poste de concierge, mais leur taux horaire moyen est plus élevé. Des efforts d’équité dans ce domaine peuvent et doivent être faits.

Il reste que de manière générale, les OSBL d’habi­tation et leurs employés participent très concrète­ment à la vitalité du marché de l’emploi. Non seulement contribuent-ils aux recettes fiscales de l’État, mais une partie de l’argent qu’ils dé­pensent vient stimuler l’éco­nomie régionale. S’ajoutant aux travaux réalisés par des fournisseurs locaux et entreprises sous-traitantes, qui offrent leurs services aux organismes et parfois directement aux locataires, les salariés des OSBL d’habi­tation contribuent de façon non négligeable au dyna­misme de leur milieu. 

 

1 Binhas, Lynda et Ducharme, Marie-Noëlle (2010), Profil de la main-d’œuvre des OSBL d’habitation et d’hébergement, Comité sectoriel de main-d’œuvre économie sociale et action communautaire. Disponible sur le site Web du RQOH [1].