info@rqoh.com   514 846-0163 | sans frais 1 866 846-0163

Résidence des Moissons

RÉCOLTER CE QUE L’ON S’AIME

Il existe à Sainte-Anne-des-Plaines une communauté tissée serrée, où les nombreux organismes sans but lucratif, les gens de la municipalité et les commerçants de proximité non seulement se connaissent, mais se sont associés autour d’une constatation : les aînés à faible revenu doivent quitter la municipalité quand ils ne peuvent rester seuls à domicile. La solution gagnante : construire une résidence communautaire.

« Nous avons été parmi les cinquante premières résidences pour aînés financées par le programme AccèsLogis, déclare, enthousiaste, Daniel Hogue, le gestionnaire. D’abord trente-deux logements en 1999, puis quatorze autres en 2001 et enfin, dix-huit logements en 2003 sur ce qu’il nous restait de terrain », ajoute-t-il, un sourire jusqu’aux oreilles. Comme dans toutes les municipalités québécoises, les personnes vieillissantes étaient peinées de devoir abandonner Sainte-Anne-des-Plaines quand arrivait l’âge de quitter leur maison.

Localité Sainte-Anne-des-Plaines, 14 421 habitants
Fondation 1999
Nombre d'unités 64 logements
Clientèle visée Personnes aînées à faible revenu
Employés 6
Partenaires financiers SHQ, SCHL, ville de Sainte-Anne-des-Plaines
Fédération FOH3L

Ce projet phare au budget équilibré offre des services de qualité et dispose d’une liste d’attente de 60 noms. La communauté de Sainte-Anne-des-Plaines, proche de Saint-Jérôme, est à l’origine du projet, au sein d’une municipalité qui compte plus de 60 organismes sans but lucratif, la plupart dédiés aux personnes âgées (le Cercle des fermières par exemple). Certains OSBL ont d’ailleurs délégué des représentants sur le conseil d’administration ; la municipalité y est également présente. Le fait qu’un conseiller municipal soit administrateur permet notamment d’accélérer les démarches auprès de la ville (marquage du stationnement, trottoir à adapter, etc.).

« Je ne demeure plus ici, mais je suis quelqu’un de l’endroit. Je suis né ici, on fait partie des vieilles familles de la place. Donc, presque la moitié des résidents ont un lien de parenté avec moi, et l’autre moitié me connait depuis que je suis en culottes courtes ! Ainsi, il n’y a pas de raison qu’ils soient gênés de venir me voir pour quoi que ce soit. »
– Daniel Hogue, gestionnaire.

Pour les locataires, en très grande majorité des femmes aînées, la Résidence des Moissons est plus qu’une habitation, c’est un milieu de vie actif dans lequel s’impliquer : trois personnes résidentes siègent sur le conseil d’administration pour représenter les locataires, d’autres forment le comité de loisirs qui organisent des activités, améliorent les installations et enrichit la vie sociale, avec le soutien de l’OSBL : bingos, soupers thématiques, épluchette de blé d’Inde, cabane à sucre, partenariat avec une firme spécialisée en vêtements pour personnes âgées…

« Les activités d’autofinancement du comité loisirs, comme le bingo, ont par exemple servi à remplacer les chaises en plastique de la salle communautaire par de nouveaux sièges confortables. L’OSBL a aidé en payant une partie de la facture »
– Daniel Hogue.

Étant donné que les logements sont réservés aux personnes de plus de 70 ans, la perte d’autonomie est un enjeu quotidien. Une entente a été contractée avec les deux pharmacies de la ville, permettant la présence d’une infirmière deux jours par semaine. Tous les jours, des personnes du CLSC viennent donner les bains et la médication, et le gestionnaire les connait bien. « Le rapport avec les professionnels de la santé, mais aussi avec les familles, va très bien : vu que je suis allé à l’école avec les habitants de Sainte-Anne-des-Plaines, c’est facile par exemple de leur téléphoner pour leur dire que leur mère a un problème ! »

Le lien presque familial que le gestionnaire et les employés entretiennent avec les résidents et leurs proches est essentiel pour assurer le bien-être des personnes aînées. « S’il existe un besoin de relocalisation, on travaille ensemble pour trouver une solution, on ne met pas de pression ou de date buttoir. Le CLSC et les familles sont toujours impliqués lorsqu’on constate une perte d’autonomie. »

« En fin de compte, le but du projet est de permettre aux gens de pouvoir demeurer dans leur milieu de vie, leur offrir un cadre agréable pour vivre, et de faire en sorte que les personnes à faible revenu puissent avoir un logement de qualité à un prix raisonnable »
– Daniel Hogue.

Découvrez un autre OSBL

Découvrez des OSBL par région…

ou à partir de la liste :

Portraits du logement communautaire