info@rqoh.com   514 846-0163 | sans frais 1 866 846-0163

Aussi à Montréal : Un toit pout tous, Brin d’Elles

Alternatives Communautaires d’Habitation et d’intervention de Milieu (ACHIM)

PARTENAIRE DES AÎNÉS

Après vingt-sept années de ressources communautaires, de travail bénévole et d’activités sociales par et pour les aînés, l’organisme ACHIM reste fidèle à sa mission : favoriser le maintien d’un rôle social actif des locataires, et ce, afin d’améliorer leur qualité de vie.

Il est 8h30. Attablés autour d’un café, une résidente discute avec un des responsables de l’entretien dans la salle commune, tandis qu’une autre prépare les serviettes du prochain repas, comme chaque matin. Dans la cuisine, les employés s’affairent déjà à préparer le diner. Quelques personnes se croisent dans les couloirs, se disent bonjour. Peu à peu, la bâtisse s’anime, et la communauté d’ACHIM prend vie.

Localité Ville de Montréal, 1 988 000 habitants
Fondation 1989
Nombre d'unités 95
Clientèle visée Personnes aînées autonomes ou en légère perte d’autonomie
Employés 11 permanents et 2 travailleurs de milieu temporaires
Web achim.ca
Partenaires financiers SHQ, SCHL, MSSS
Fédération FOHM

Cette communauté rassemble les personnes de 60 ans et plus occupant les 95 logements, mais aussi les 300 membres (de 50 ans et plus) qui participent à la myriade d’activités communautaires organisées par les locataires et l’équipe de travail. De fait, la participation des personnes aînées est au cœur de la réussite du projet d’ACHIM. Ces dernières sont invitées à s’investir dans différents comités, par exemple le comité de vie sociale et de loisirs, qui organise des sorties, dîners, et conférences. Elles sont également sollicitées pour apporter leur savoir-faire et leurs compétences en tant que bénévoles à la cuisine, à l’accueil, ou au centre communautaire.

« Nous avons la réputation d’offrir un milieu de vie familial, un milieu de vie plus naturel, plus humain… humanisant en fait ! »
– François Tremblay, directeur

L’OSBL d’habitation offre un repas tous les midis à ses locataires, et l’équipe de travail partage ce moment avec eux dans la salle communautaire. Les présences sont par ailleurs notées, et en cas d’absence imprévue d’un ou d’une résidente, on lui rend visite. Chaque mercredi, un dîner thématique est organisé, et comme pour la majorité des activités, tous les membres et même les non-membres (qui devront s’acquitter d’un tarif un peu plus élevé) sont invités.

Des collaborations sont établies avec d’autres organismes de l’arrondissement, que ce soit des HLM pour aînés, des groupes en sécurité alimentaire ou en santé mentale. Dans le cadre d’un de ces partenariats, des participants aux prises avec des problèmes de santé mentale se rendent chaque semaine à la résidence pour aînés afin de contribuer aux tâches quotidiennes. Ou encore, un organisme d’insertion sociale offre des cours d’informatique aux aînés, donnés par des personnes en employabilité.

« Nous offrons un cadre dans lequel la vie circule, les gens se connaissent et veillent les uns sur les autres, explique M. Tremblay, au milieu du « Corrid’art » qui présente les réalisations de l’atelier de tricot Doigts agiles. Le but est de dynamiser les résidents, les faire sortir de chez eux en répondant à leurs intérêts. »
Non seulement ces activités permettent aux aînés de s’impliquer socialement et de tisser des liens forts avec les membres de la communauté, mais elles sont un vecteur de solidarité et d’entraide. Proposées par l’équipe, composée de deux intervenantes en soutien communautaire et deux travailleurs de milieu, les ateliers de danse, yoga, lecture, espagnol, tricot, chorale (etc. !) sont un moyen de rejoindre les aînés qui traverseraient une période difficile, s’isoleraient et auraient besoin de soutien.

 

Le travail de milieu auprès des aînés

Depuis sa création en 1989 par des professionnels de la santé œuvrant dans les CLSC et divers milieux hospitaliers, ACHIM, qui est à l’origine un centre communautaire, est préoccupé par la réalité des aînés. Le vieillissement de la population, l’isolement, la pauvreté, l’analphabétisme, les multi-problématiques de santé, doublés des changements sociaux et affectifs qui accompagnent le vieillissement, compromettent l’intégration sociale et la qualité de vie des personnes âgées.

Devant cet état de fait et conscient qu’un certain nombre de personnes âgées ne sont pas joignables par les institutions formelles comme les CLSC, il est impératif, selon ACHIM, de travailler autrement avec les aînés. Par conséquent, depuis 2003, un travail de milieu auprès des aînés a été mis en place par l’organisme sur le territoire du Sud-Ouest, plus particulièrement à Côte-St-Paul, Ville-Émard et Verdun.

Au moyen de rencontres formelles et informelles, individuelles ou collectives, les travailleurs de milieu vont tisser des liens de confiance dans l’objectif de soutenir, informer voire aider les aînés. Ce travail de prévention couplé à la consolidation de la communauté, par des fêtes et des activités quotidiennes, permet de créer un climat de vigilance permanente, et de renforcer la sécurité des aînés autonomes. En plus de l’équipe de travail, des bénévoles locataires sont disponibles 24/7 en cas d’urgence. Ce système de surveillance par les pairs, soutenus par le travail de milieu, permet de respecter et concrétiser le droit à l’autonomie des aînés, ce qui est une priorité pour les OSBL d’habitation, qu’ils offrent ou pas des soins infirmiers (lire l’article du Bulletin Le réseau n°50 : Les OSBL-H : un milieu de vie plus humain et plus sécuritaire pour nos aînés).

Agrandir pour assurer la pérennité

« Nous avons le projet d’ajouter une quatrième phase de 100 logements au 95 existants. Cela nous permettra d’avoir une base encore plus solide, tout en préservant notre mission sociale. »
– François Tremblay, directeur

ACHIM est actuellement formé de trois résidences : la Porte de l’amitié, la Résidence Lévis, et l’Annexe. Une majorité des locataires bénéficie de programmes de Supplément au loyer. Pour apporter un supplément de revenu au fonctionnement de l’organisme, une popote maison ayant pignon sur rue propose des plats cuisinés sur place. Comme d’habitude, des locataires bénévoles offrent de leur temps pour aider à préparer les plateaux repas.

Cette année, le marché de noël d’ACHIM a attiré pas moins de 950 personnes en une fin de semaine ! Pour l’occasion, la mairie d’arrondissement a mis à disposition une calèche pour offrir des tours gratuits aux visiteurs. C’est dire combien l’OSBL, partenaire des aînés, est ancré dans sa communauté de quartier !

Aussi à Montréal : Un toit pout tous, Brin d’Elles